Consulat - Premier Empire

Les Acteurs

 

Clemens Wenzel Lothar Fürst Metternich-Winnebourg en habit de l'Ordre de la Toison d'Or. Johann Nepomuk Ender, Vienne, Académie des beaux Arts.

Clement-Wenceslas-Lothaire comte, puis prince Metternich
Duc de Portella

(1773 - 1859)

Robert Ouvrard

Le rocher de l'Ordre

Une jeunesse choyée 

C'est le 15 mai 1773, à Coblence, que naît Klémens, Venceslas, Lothaire Metternich (on l'aura noté : le futur Chancelier d'Autriche n'est pas un autrichien !)

Sa mère est la fille du comte de Kagenneg. Elle a tout juste 17 ans, mais est déjà presqu'une célébrité dans la petite ville de Coblence. 

Son père est le comte François-Georges de Metternich. Alors qu'il était âgé de 22 ans, l'Électeur de Trèves l'avait nommé ministre plénipotentiaire à Vienne. C'est un grand seigneur, possédant une fortune importante, avec cependant un goût certain pour le faste. Un an après la naissance de Klemens, il entre au service de l'Empereur, qui le nomme aussitôt ministre plénipotentiaire auprès des cours électorales de Trèves et de Cologne. Quatre ans plus tard, il aura le même poste, mais auprès du Cercle du Bas-Rhin et de Westphalie.

Le jeune Klemens est élevé avec soin par ses parents, au coté de sa sœur et de son jeune frère. Son père est très attentif à son éducation :

(..) je suis satisfait  aussi de ton style et de ton écriture. Seulement, je te recommande d'éviter la répétition des mêmes pensées et des mêmes expressions, et d'autre part je te conseillerai d'écrire en plus gros caractères. Le temps ne nous porte que trop à rapetisser les lettres, et comme ton écriture est très menue, tu finiras sûrement par devenir illisible. Ce serait dommage, car j'espère que Clément écrira des choses qui mériteront d'être lues.

Cette éducation, elle est, bien sûre, chrétienne, mais (les idées de Rousseau aidant) doublée d'une dose de laïcisme. Les deux maîtres de son âme sont donc un abbé, de son nom Bertrand, et un instituteur, jacobin tolérant, Frédéric Simon.

Le 12 novembre 1788, les deux fils Metternich sont envoyés à l'Université de Strasbourg, où vont également étudier le futur prince André Rasoumovski., le général Tolstoï, Czernichev, autant de personnages que Klemens Metternich croisera plus tard sur son chemin.

Metternich se souviendra plus tard, sans la moindre modestie, avoir été "un bon enfant, laborieux, for occupé de ses devoirs et de ses livres."

Les évènements de 1790 ramènent le jeune Metternich en Allemagne. Non pas, comme on pourrait le croire, ceux de la France en proie aux convulsions révolutionnaires, mais l'élection de Léopold II, grand-duc de Toscane, au trône d'Allemagne. Klemens assiste au couronnement, à Francfort, le 9 octobre 1790, un spectacle "un des plus grandioses et des plus magnifiques qu'on pût voir". Mais il est vrai qu'il a été choisi par l'Ordre des comtes catholiques de Westphalie pour être leur Maître des cérémonies.

Léopold ayant nommé le comte Georges Metternich dans la principauté de Liège, ses fils prennent le chemin de l'Université de Mayence. Leur père leur écrit :

Je vous recommande spécialement, à toi et à ton frère, de ne jamais perdre de vue le but de votre séjour à l'Université : cultivez avec ardeur les hautes études; sachez mériter l'estime et l'affection de tous par votre bonne tenue et par votre politesse...

C'est à cette époque qu'il rencontrera Mirabeau, l'abbé Maury et la future reine de Prusse (la Belle Louise), la princesse Louise de Mecklembourg.

Le 17 juin 1791, Clément rejoint son père à Bruxelles, où ce dernier a été nommé ministre plénipotentiaire près le gouvernement général des Pays-Bas, où l'Histoire va rattraper le jeune Metternich.

Le 20 avril 1792, la France déclare la guerre "au roi de Bohème et de Hongrie", le 20 septembre c'est Valmy suivi, le 6 novembre, de la défaite autrichienne de Jemmapes. Les autrichiens doivent évacuer les Pays-bas. Mayence est bientôt occupé par les "sans-culottes". Le comte Metternich doit s'enfuir de Bruxelles et se retirer à Coblence. Il revient bientôt à Bruxelles, après que les français aient reculés face aux armées de l'Europe. Klemens, pour sa part, a assisté au siège et à la prise de Valenciennes, remplissant quelques missions entre Bruxelles et le front. 

Carnot a réorganisé les armées française, et, bientôt, les coalisés doivent de nouveau subir les défaites. Le 16 octobre 1793, la reine Marie-Antoinette monte à l'échafaud. Le 26 août 1794, c'est la bataille de Fleurus, qui décide une seconde fois du sort de la Belgique.

C'est à cette époque que Klemens Metternich fait paraître, de façon anonyme, une brochure "sur la nécessité d'armer tout le peuple sur les frontières française", dans laquelle il écrit notamment

Pères de famille et propriétaires, combattez dans les mêmes rangs que les vaillants défenseurs de votre patrie, de vos princes, de votre propriété. Devant vous, si vous êtes unis, fuiront les hordes de brigands ; à vous se joindront les hommes bien pensants de tous les pays.

C'est à vous alors que l'Europe devra son salut et que les générations futures devront leur repos.

 

Premier pas diplomatiques

La comtesse Eleonore von Metternich, née comtesse Kaunitz ("Lorel") - D'après un portrait de Friedrich Lieder.Le 27 septembre 1795, Klemens Metternich épouse Éléonore von Kaunitz, la fille unique du prince Ernest de Kaunitz et de la princesse de OEttingen. Curiosité de l'Histoire, ce mariage a lieu au château d'Austerlitz, où, dix ans plus tard, presque jour pour jour, Napoléon remportera sa plus belle victoire. C'est ce qu'on appelle un mariage de convenance (Klemens est alors encore épris de Marie-Constance de la Force), qui permet à Metternich de mener une vie conforme à ses goûts. Éléonore lui donnera sept enfants.

Les Metternich s'installent peu après dans le palais Kaunitz, à Vienne, où Klemens fréquente la Cour, y rencontrant par exemple le prince de Ligne.

En Europe, les évènements se précipitent. Un jeune général, du nom de Bonaparte, mène les troupes françaises de victoires en victoire. Le 17 octobre 1797, la paix est signée à Campo-Formio. En novembre de la même année, des négociations commencent, à Ratstatt. Près de 250 diplomates et fonctionnaires sont rassemblés là, parmi lesquels le père de Klemens, nommé pour la circonstance commissaire impérial, aux cotés de Cobenzl et Lehrbach - les vrais négociateurs. Klemens est officiellement chargé des intérêts des trente-quatre comtes du collège de Westphalie, et arrive le 2 décembre. Il ne rencontrera pas ce jour là le futur Napoléon : Bonaparte a quitté Ratstatt la veille. 

Après s'être copieusement ennuyé à Ratstatt (son épouse le rejoignit pourtant en juillet 1798), Klemens retournera à Vienne le 13 mars 1799, peu avant que, le 28 avril, les représentants français Bonnier d'Arcq et Roberjot soient assassinés par les impériaux.

La vie de Cour reprend. Metternich croise Pozzo di Borgo, et rencontre des émigrés français dans le salon de la comtesse Rombeck 

Et c'est en février 1801 (le traité de Lunéville vient d'être signé) que Klemens Metternich entre au service de l'Empereur, chargé de représenter François II à la cour de la Saxe électorale. Le comte Trautmannsdorf a remplacé la baron Thugut (il laissera bientôt sa place à Cobenzl) à la tête du ministère des relations extérieures de l'Autriche.

Voilà donc Metternich à Dresde. L'Europe jouissant alors d'une période de calme politique exceptionnel, Klemens va profiter pleinement de la vie et le destin va lui faire rencontrer la d'une jeune femme de 18 ans, d'une beauté rare, la princesse Bagration, épouse du général russe du même nom. 

Qu'on se figure un jeune visage, blanc comme l'albâtre, léèrement coloré de rose, des traits mignons, une physionomie duce, expressive et pleine de sensibilité, un regard auquel sa vue basse donnait quelque chose de timide et d'incertain, une taille moyenne mais parfaitement prise, dans toute se personne une noblesse orientale unie à la grâce andalouse.

Ce portrait du comte de la Garde-Chambonas fait comprendre que Metternich va tomber tout de suite follement amoureux de la belle. Il vont vivre un amour profond, dont naîtra une fille, Marie-Clementine. Autre rencontre importante pour Metternich : celle de Frédérique Gentz, au mois de juillet 1802, prussien né en Silésie, et désireux d'entrer au service de François II.

Le 2 février 1803, Metternich est nommé à Berlin, où il remplace le comte de Stadion auprès du roi Fréréric-Guillaume III. Il va y rester jusqu'en 1806, jouissant (il se plaira à le souligner) d'une rare faveur de la part du roi et de la reine Louise ("La plus belle femme qu'il m'est été donné de rencontrer" disait d'elle Mme de Staël). C'est à Berlin que le comte Metternich apprend l'enlèvement puis l'exécution du duc d'Enghien et la proclamation de l'empire français.

L'année 1804 s'écoula dans une pénible incertitude : ce n'était ni la guerre, ni la paix. Le ciel était couvert de nuages menaçants, mais la foudre ne devait éclater qu'en 1805 (Mémoires)

A Berlin, le rôle de Metternich est de gagner la Prusse aux projets d'une alliance austro-russe. Mais si l'accord de Postdam est signé le 5 novembre 1805, il ne doit pas vraiment à ses talents diplomatiques. C'est plutôt la violation du territoire prussien qui en a été le déclic.

Le 2 décembre, c'est Austerlitz et, le lendemain, Napoléon couche au château des Kaunitz, dans le même lit qu'occupa Metternich dix ans plus tôt.

Début avril 1806, Metternich  retrouve Vienne, pour y apprendre, alors qu'il s'attend à être nommé à Saint-Pétersbourg, que le nouveau ministre des affaires étrangères de François Ier l'a nommé ambassadeur à Paris. Il a alors 33 ans, et se voit responsable du poste le plus important que l'Autriche puisse lui donner.

C'est à Paris seulement que commença ma vie publique

Il arrive dans la capitale française le 4 août 1806 et rencontre, dès le lendemain, le prince de Bénévent, Charles de Talleyrand, le ministre des relations extérieures de Napoléon. Il présente ses lettres de créances à ce dernier le lendemain.

Je n'avais encore jamais rencontré Napoléon.... Il se tenait au milieu de la salle, à ses cotés le ministre des affaires étrangères et six autres personnes de la cour. Il portait l'uniforme de l'infanterie de la Garde, et avait son chapeau sur la tête. Ce détail - en tout point déplacé, car en fait il ne s'agissait pas d'une audience officielle - me surpris (...) il me vint même à l'esprit  que peut-être je devrais aussi me recouvrir (..)

Napoléon l'accueille par  un :

Vous êtes bien jeune pour représenter l'une des plus anciennes monarchies d'Europe !

ce à quoi le nouvel ambassadeur, sans se démonter, répond :

Le même âge que Votre majesté à Austerlitz !

Une réponse qui fera, bien sûr, les délices des salons parisiens. Ce même 6 août 1806, François II déposait la couronne du Saint-Empire romain-germanique, et prenait le titre de François Ier d'Autriche.

L'empereur françois Ier d'Autriche. Portrait de Joseph Kreutzinger.Le nouvel ambassadeur d'Autriche s'installe  donc à Paris, alors que la Prusse, bientôt, va courir à sa perte. Metternich estimera plus tard que la "levée de boucliers " de 1806 avait constitué de la part de la Prusse une faute aussi grave que la neutralité. Il écrira même que "la victoire d'Iéna marqua l'apogée de la puissance de Napoléon".

Le 26 juillet 1807, Metternich, depuis Paris, expédie à Stadion, les termes des deux traités signés à Tilsit.

Notre position est, par les traités de Tilsit, gravement détériorée, mais la Monarchie est saine, ses territoires assurés. La situation actuelle de l'Europe porte en elle les germes de la destruction, et la sagesse de notre Gouvernement doit nous amener aux jours où, 300.000 hommes unis, emmenés par la foi et dirigés vers un but commun, .....................

L'ambassade de Metternich va durer seize mois, jusqu'au 26 mai 1809, c'est à dire cinq jours après la bataille d'Essling et quatorze jours après la prise de Vienne ! Durant ces seize mois, il va renseigner, comme il se doit, la cour d'Autriche sur les tenants et aboutissants de la politique étrangère de la France. Par exemple, le 18 janvier, il mande son gouvernement (mais il tient l'information de Talleyrand !) :

Les négociations avec l'Angleterre sont pour ainsi dire rompue. Napoléon a deux plans en tête : le partage de la Turquie, une expédition en Inde (..)

Les relations entre la France et  l'Autriche se détériorent rapidement, surtout à partir de juillet 1808. Des espions français rapportent que cette dernière accélère ses armements et rassemble ses troupes. Les échanges épistolaires avec Champagny deviennent de plus en plus durs. Le 15 août, durant la réception du corps diplomatique, à l'occasion de la fête de  l'empereur, celui-ci s'en prend à Metternich : "Alors, Monsieur l'Ambassadeur, l'Autriche arme ?". Le 25, il reçoit l'ambassadeur autrichien en audience extraordinaire. Napoléon s'exprime, durant près de deux heures, sur sa politique, sur les relations entre les deux cours de Vienne et de Paris. Quelques jours plus tard, Metternich informe Stadion :

On estime, d'après nos préparatifs, que la guerre ne pourra avoir lieu rapidement (...)

Du 27 septembre au 18 octobre 1808, c'est l'entrevue d'Erfurt. Malgré les conseils de son ambassadeur, l'empereur d'Autriche n'y participe pas. Trois semaines plus tard, Napoléon, qui a, croit-il, les mains libres, s'engage en Espagne. Fin janvier 1809, il en revient à brides abattues et, le 28, a sa fameuse altercation avec Talleyrand. Le lendemain, ce dernier est chez Metternich, offrant ses services à l'Autriche, ce dont l'ambassadeur informe aussitôt son ministre :

Les dés en sont jetés. X (Talleyrand)  a devant moi mis bas le masque. Il m'est apparu décidé à ne pas attendre la fin de la partie; il m'a expliqué que le moment était venu; il considère de son devoir d'avoir des relations avec l'Autriche. Il m'a dit qu'il avait repoussé les offres de Cobenzl, mais qu'il était prêt désormais à les accepter. Maintenant je suis libre et nous représentons la même cause.. Je parle d'autant plus librement avec vous, que je suppose que vous souhaitez avoir mes services. Il m'a représenté qu'il avait besoin de quelques centaines de milliers de francs, car Napoléon l'avait ruiné pour recevoir les princes espagnols et parce qu'il venait d'acheter une maison.

Le 9 avril, sans déclaration de guerre, l'Autriche porte ses troupes en avant : "c'est la guerre !" déclare le 12 Napoléon à Cambacérès et à Clarke. Pourtant, Metternich a, dans ses nombreuses dépêches á Stadion déclaré que la France ne veut plus la guerre, sauf son empereur. 

Metternich demeure jusqu'au 26 mai à Paris, c'est à dire cinq jours après la bataille d'Essling ! Autour de lui on murmure, parfois à haute voix, que cette nouvelle guerre avec l'Autriche peut-être regardée " comme la conséquence des rapports qu'il avait faits à sa cour". Le 5 juin, il est enfin à Vienne. Deux jours plus tard, le gouverneur Andreossy lui intime l'ordre de quitter la ville. Le 17 juin, il est conduit aux avant-postes français. Enfin, le 3 juillet, deux jours avant la bataille de Wagram, il rejoint l'empereur François à Wolkersdorf. C'est là qu'il apprend, le 8, qu'il est nommé ministre des affaires étrangères à la place de Stadion, qui vient de démissionner, poste qu'il ne prendra, bien sûr, qu'à la fin de la campagne en cours (entre temps, Metternich accompagne l'empereur en Hongrie et assure l'intérim du ministère).

La Chancellerie d'État à Vienne, où Metternich aura ses bureaux et ses appartements privés, au premier étage (Son épouse et ses enfants sont au deuxième étage) de 1809 à 1848. C'est dans les salles de conférence que se tiendront beaucoup des réunions du Congrès de Vienne. Rudolf Alt (DR)Fin novembre (la paix de Schönbrunn a été signée le 14 octobre - sans Metternich, puisque c'est Jean de Liechtenstein qui a défendu la cause autrichienne - et Napoléon a quitté Vienne le 16) Metternich s'installe à la Chancellerie d'où, les 38 années qui vont venir, il va gouverner l'Autriche et l'Europe.

La tâche qui attend Metternich n'est pas mince, et ses objectifs ambitieux : il n'entend pas moins que de rendre à l'Autriche sa confiance interne, son prestige extérieur, tenter d'obtenir du vainqueur des adoucissements au dur traité de Vienne, enfin empêcher le resserrement des liens entre la France et la Russie.

 

Il vaut mieux qu'une archiduchesse soit f...e, que la monarchie (prince de Ligne)

La première grande "affaire" va être, on le sait, d'ordre matrimonial : ayant appris, dès la fin de novembre, que Napoléon a pris la décision de divorcer, il sera le grand ordonnateur de cette "alliance de famille" par laquelle il entend rapprocher les deux pays. Dès le 28 novembre 1809, il s'ouvre de ce projet ("c'est une idée de moi") au comte de Laborde, alors à Vienne, lequel est chargé d'en informer Paris, où, à cette date, les discussions tournent toujours autour d'un "mariage russe". Le 16 décembre, le Sénat entérine le divorce et le lendemain, Napoléon charge Maret de "faire des ouvertures" à l'ambassadeur d'Autriche à Paris, le prince de Schwarzenberg. On connaît la suite.

En déposant entre vos mains, Monsieur mon Frère, le sort de ma fille chérie, je fournis à votre Majesté la preuve la plus forte de confiance et d'estime que je puisse lui donner. Il est des moments où la plus sainte des affections l'emporte sur toute autre considération qui lui est étrangère. Que votre Majesté impériale ne trouve ici que l'expression des sentiments d'un père que dix-huit années d'une douce habitude attachent à un enfant que la Providence a douée de toutes les qualités qui constituent le bonheur d'un intérieur. (François Ier à Napoléon - 6 mars 1810)

Et Metternich d'écrire à son épouse (elle réside alors depuis près d'un an à Paris, où Napoléon la fait traiter avec les mêmes égards que Schwarzenberg) : 

Il serait difficile... de se faire une idée de l'extrême popularité de la chose. Si j'étais le sauveur du monde, je ne pourrais recevoir ni plus de félicitations ni plus de véritables hommages sur la part que l'on est sûr que je dois y avoir prise. 

Metternich décide de se rendre à Paris, où, selon Champagny, "L'Empereur le verra avec plaisir" étant entendu que "M. de Metternich fait ce voyage pour son agrément, ses affaires ou les affaires de sa Cour, mais nullement avec la prétention d'accompagner madame l'Archiduchesse." Qu'à cela ne tienne : Metternich arrivera à Compiègne un jour après Marie-Louise...A Paris, où il loge chez le maréchal Ney (lequel guerroie en Espagne), Napoléon lui accordera de nombreuses entrevues.

Le 30 septembre, il prend congé de l'empereur, à Fontainebleau, emportant avec lui, outre le cordon de la Légion d'Honneur, la levée du séquestre sur ses biens et ceux de Schwarzenberg (dont ils jouissaient dans les États de la Confédération, avant la guerre), un traité de commerce (qui sera rapidement dénoncé) et, surtout, l'abrogation de l'article secret du traité de Vienne, relatif à la limitation à 150.000 hommes des troupes de l'Autriche. Et le 12 octobre 1810, le ministre Metternich est de nouveau à la tête de son ministère.

La princesse Katharina Bagration, veuve du général russe mort à Borodino. Miniature d'Isabey. (DR)A Vienne, le Cabinet "fermente" (selon l'expression de notre ambassadeur Otto). Metternich n'a en effet loin de n'avoir que des amis, qui s'en prennent même à sa vie privée (on lui donnera la paternité du denier enfant de la princesse de Bagration), dans un pays où la situation économique est loin d'être réjouissante. Et les appuis qu'il pourraient trouver du coté de la famille impériale sont tempérés par l'espèce de retrait dans laquelle celle-ci se confine, du fait de la santé de plus en plus alarmante de l'impératrice.

En 1811, Metternich cherche, de son propre aveu, à éviter les catastrophes et à maintenir la paix, ce en quoi la naissance du roi de Rome l'aide quelque peu. 

Mais les nuages s'amoncellent à l'est et Metternich va, pour ce qui est de la Russie, se tromper largement.

La Russie est perdue; son armée n'est pas à la hauteur d'une tâche pareille; ses finances sont insuffisantes.

écrit-il encore au mois de mai 1812. 

Pourtant, fort de ses succès contre les Turcs, le tsar Alexandre, dès le milieu de  1811, a renforcé ses armements. Napoléon envoie des troupes dans le duché de Varsovie et fait retrancher Danzig. Le 17 décembre, il fait demander à Vienne un corps de 40 à 50.000 hommes et 6.000 chevaux. En échange, il promet la Moldavie, la Wallachie, la Serbie et l'Illyrie .

Le 14 mars 1812, Metternich signe le traité franco-autrichien de coopération militaire (le corps de réserve autrichien est finalement de 30.000 hommes) et, deux mois plus tard, il est à Dresde, avec ses souverains et une poignée de serviteurs, où Napoléon, entouré d'une suite de 50 personnes et de 150 serviteurs, reçoit les têtes couronnées d'Europe. 

Metternich rencontrera plusieurs fois Napoléon, qui s'expliquera sur ses intentions :

J'ouvrirai la campagne par le passage du Niémen. Elle se terminera à Smolensk et à Minsk; je m'arrêterai là. Je fortifierai ces deux places, puis, à Wilna (où mon quartier général se tiendra pendant le prochain hiver) je m'occuperai de l'organisation de la Lithuanie, qui brûle d'être enfin libérée de la Russie. Nous verrons qui des deux cotés se lassera le premier : moi, de laisser mes troupes vivre aux frais de la Russie, où bien Alexandre, de nourrir mon armée aux frais de son pays. Peut-être passerais-je le plus fort de l'hiver à Paris...

Le 28 mai, les festivités terminées, Napoléon peut se consacrer à une nouvelle campagne ! Le 22 juin, il déclare la guerre à la Russie. La Grande Armée franchit, peu après, le Niémen. Elle sera de retour six mois après, dans l'état que l'on sait !

 

Le "représentant de l'Europe entière"

Lorsque la Prusse, le 16 mars 1813, la guerre à la France, Metternich doit faire face à un sévère dilemme et choisir entre trois politiques : la fidélité à l'alliance française, l'alliance avec la Russie, la Prusse; une neutralité avec en arrière plan un rôle de médiation, qui aurait, accessoirement, flatté son amour propre. A tout le moins, son soucis est de voir l'Autriche, toujours très affaiblie, devenir le théâtre d'une nouvelle guerre, qu'elle soit l'alliée de la France ou de la Russie ! 

Au début, ce sera donc une sorte de neutralité armée (le 30 janvier 1813, les russes signent un cessez-le-feu avec Schwarzenberg). Mais bientôt, Metternich s'éloignera de l'idée de l'alliance avec la France, et, après l'échec d'une médiation qu'il essaye sans relâche de mener à bien, durant les cinq premiers mois de 1813 (qui voit les victoires de Napoléon à Lützen et Bautzen) en viendra à la cobelligérance avec la Russie et la Prusse. 

En juin (le 16, pendant le fatal armistice de Peuschwitz) il rencontre le tsar et lui affirme : "Nous sauverons l'Europe".

Entrevue de Napoléon et de Metternich à Dresde. Gravure autrichienne. DREt c'est, le 26 juin 1813, à Dresde, la célèbre entrevue avec Napoléon, au palais Marcolini, qui se déroule sans témoins et dont il ne reste que deux témoignages : celui du baron Fain (in Manuscrit de 1813) et celui que Metternich adressa à son souverain, et dont il s'inspire dans ses Mémoires.

Metternich reste quelques jours à Dresde (il s'agit toujours de faire jouer à l'Autriche son rôle de médiateur), et en part, le 30, avec l'acceptation par l'empereur de la médiation armée de l'Autriche, d'une conférence des puissances belligérantes à Prague, d'une prolongation jusqu'au 10 août de l'armistice (de son propre chef), ce dont il informe François le 1 juillet.

Ce Congrès de Prague va être en fait "une farce", une "comédie" :

Prague est pour le public et tout ce qui se passe hors de Prague est la chose (Lettre de Metternich à son père) 

et, tout naturellement, il avorte. L'Autriche, alors "entre dans l'action" afin de mener à bien "la sainte entreprise". En octobre, c'est, à Leipzig, la bataille des Nations, pour laquelle Metternich aura le mérite, selon les mots de Gentz "d'avoir désigné Schwarzenberg pour le commandement suprême et de l'avoir soutenu contre tous les mécontents et tous les détracteurs."

Pour la nouvelle campagne, c'est à Metternich que l'on demande d'arbitrer le conflit existant parmi les militaires sur le choix du plan des opérations ! De cette campagne, il écrira :

Sa campagne (de Napoléon, bien sûr) de 1814 fut sans contredit celle dans laquelle, avec des moyens fort réduits, il déploya le plus de talents militaires.

Mais il n'assistera pas au congrès de Châtillon et, après l'entrée des Alliés dans Paris (qu'il sauve, d'accord avec Alexandre, de la destruction prussienne) il reste, du 19 mars jusqu'au 10 avril à Dijon, suivant en cela son souverain, peu enclin à entrer dans la capitale d'une France encore dirigée par son beau-fils ! Mais le 4 mai, lorsque Louis XVIII entre dans Paris, il est à une fenêtre de la rue Montmartre, pour voir passer le cortège. Le 31 mai, les parisiens apprennent, au son des salves de canons, que la paix est revenue. Metternich peut, après un séjour en Angleterre au mois de juin, comme invité personnel du Régent (et où il doit, bien malgré lui, accepter que le Congrès de Vienne s'ouvrira le 1er octobre) retourner à Vienne.

 

Le Congrès de Vienne

L'accueil que lui fait la capitale autrichienne, le 18 juillet 1814, est triomphal, on lui promet que "l'histoire le montrerait à la postérité comme le modèle des grands hommes". Dans les mois qui vont suivre, le Congrès va tout autant servir sa renommée que nuire à sa réputation. Il s'entoure d'hommes de talent : Wessenberg, Binder, Hudelist, Pilat et, surtout, Gentz, prussien de naissance mais autrichien d'adoption, tout autant secrétaire privé que secrétaire général du Congrès.

Durant les mois qui suivent, au milieu des festivités multiples (dont il ne faut pas minimiser l'importance diplomatique), les camps se forment (France, Autriche, Angleterre d'un coté, Russie et Prusse de l'autre), les hommes s'affrontent. Et l'hostilité patente entre Metternich et Alexandre  sera "la clé des évènements du Congrès". D'autant que les deux hommes s'affrontent sur le plan sentimental, ayant la malencontreuse idée de s'éprendre des mêmes femmes, qu'il s'agisse de la princesse Bagration ou de la duchesse de Sagan. Mais, malgré les pressions d'Alexandre auprès de François, ce dernier gardera sa confiance à Metternich.

L'intermède du retour de l'île d'Elbe réconciliera les deux hommes et, le 9 juin 1815, le traité de Vienne sera officiellement signé et paraphé par les huit puissances participantes.

Metternich restera, au coté de Talleyrand, l'un des deux hommes du Congrès. Avec lui, il a été un "architecte d'une construction européenne, basée sur la sécurité de chacun, la paix de tous, la tranquillité intérieure des États." L'Histoire retiendra de cet épisode, tant de fois considéré avec un oeil amusé, qu'il fut à l'origine de ce qu'on appelle encore : le "Système Metternich", expression peut-être, sans doute même, trompeuse, puisqu'il ne s'agissait pas d'un système, et que Metternich lui-même en désavoua la paternité.

 

Le cocher de l'Europe

Metternich va désormais concentrer ses efforts sur le maintien de la paix et des acquis des traités de 1815. Il va être le gardien jaloux de l'esprit monarchique et le pourfendeur des idéaux libéraux, républicains et nationalistes inspirés par la Révolution. En septembre 1815, à contrecœur, il fait entrer l'Autriche dans la Sainte Alliance, au coté de la Russie et de la Prusse (tout en qualifiant cet accord "d'au bas mot inutile", voire de "rien sonore").

Il va bientôt recevoir le sobriquet de "Cocher de l'Europe", car il est partout, de tous les Congrès qui sont organisés pour régler les questions qui n'ont pu l'être à Vienne ainsi que les conflits émergeants. Ce seront : 

Aix la Chapelle (1818) auquel les souverains d'Autriche, de Prusse et de Russie assistent personnellement, où l'attention doit normalement se porter sur la normalisation des relations avec la France. Mais Metternich en profite pour mettre l'accent sur les dangers pouvant venir de toute agitation démagogique, à cette époque principalement concentrée en Allemagne (cf. la célèbre rassemblement de la Wartburg, en octobre 1817), ce qui n'est pas sans l'inquiéter. Les puissances, sous son impulsion, affirment leur solidarité dans la répression des idéaux révolutionnaires.

Karlsbad (1819). Au début de l'année, le 23 mars, l'écrivain et conseiller d'état allemand, August von Kotzebue, a été assassiné par l'étudiant Ludwig Sand. Metternich fait alors prendre, le 31 août, par le conseil des ministres réunis dans cette ville, des mesures pour mettre un terme aux troubles politiques se développant en Allemagne. La plupart des publications sont soumises à la censure; des représentants du gouvernement sont installés dans les universités, pour mieux les contrôler; dans plusieurs États, les constitutions qui prévoient la réunion de Diètes conformément à l'ancien usage sont suspendues; dans d'autres elles sont purement et simplement annulées.

Troppau (octobre 1820). Metternich fait adopter le principe de l'intervention armée des grandes puissances contre les mouvements "révolutionnaires", notamment dans le royaume des Deux-Siciles, mais également en Espagne et au Portugal. Angleterre et France s'opposent à cette décision.

Laibach (1821). En dépit de l'opposition de l'Angleterre et de la Russie, Metternich, fait valoir sa proposition d'intervenir en Italie, en proie alors à de sévères troubles. Cette position lui attire la haine du peuple italien.

Vérone (1822). Cette année là, qui voit par ailleurs la fin de la Sainte-Alliance, il anéantit les mouvements libéraux à Naples et en Italie du Nord, ce qui lui vaut l'antipathie de nombreux milieux, malgré sa bonne gestion du royaume lombardo-vénitien. 

Dans toutes ces occasions, Metternich démontre son habileté diplomatique. Mais ce sera la question grecque, où Metternich se montrant un allié ferme de la Turquie, s'opposant en ceci à la Russie. En fait, s'il se désintéresse des Balkans, c'est préfère voir l'Empire Ottoman conserver son intégrité qu'avoir le chaos nationaliste aux portes de l'Empire qui risquerait de profiter à la Russie. Il refusa ainsi de soutenir les insurgés grecs en 1821 tout en recherchant le soutien de l'Angleterre contre les velléités interventionnistes russes. La crise s'achèvera en 1829 par le traité d'Andrinople où la Grèce obtint son indépendance.

En 1821, Metternich avait été nommé par l'empereur François I, Chancelier d'État, le premier depuis Kaunitz à occuper cette fonction.. Le voilà donc à la tête à la fois de la politique intérieure et extérieure. A ce poste, il va mener de toutes ses forces une lutte sans merci contre les mouvements nationaux, libéraux et démocratiques, et contre les idées portées par le "joséphisme".  

Quatre ans plus tard, en 1825, son épouse Éléonore  von Kaunitz, meurt de phtisie (la "maladie viennoise") comme ses deux filles et son fils. Il se remarie  deux années plus tard avec  Antoinette de Laykam, une jeune femme de modeste origine, de trente trois ans plus jeune que lui. Elle décède un an plus tard, après avoir eut juste le temps de lui donner un fils, Richard, futur ambassadeur d'Autriche auprès de Napoléon III.

1830. Il ne soutient que "du bout des lèvres" le roi des Pays-Bas Guillaume 1er contre l'insurrection belge de . La prudence anglaise et la retenue française (Louis-Philippe ne voulait pas annexer la Belgique) permettent d'éviter l'intervention russo-prussienne.

Après que la France et l'Angleterre aient pris leurs distances, la Prusse, la Russie et l'Autriche forment l'alliance des "Trois Aigles", qui réduira à néant le soulèvement de Cracovie, en 1846.

En 1831, il s'inquiète du soulèvement polonais et fait adopter par la diète de Francfort, siège de la Confédération Germanique, plusieurs mesures dépossédant les diètes locales d'initiatives fiscales et politiques leur permettant de s'émanciper de Vienne. En 1834, il obtint même le renforcement de la censure dans chaque état de la Confédération.

(Note : nous ne souhaitons pas éluder le rôle de Metternich durant les années que passa le roi de Rome à Schönbrunn - il y décède le 22 juillet 1832 -, mais il fera l'objet d'une étude séparée consacrée à la biographie du fils de Napoléon).

Enfin, en 1833, Metternich s'oppose fermement à l'entrée de l'Autriche dans l'Union douanière créée, sous l'influence de la Prusse, apr les États de la Confédération germanique.

La chute

Le ministre d'État comte Franz Kolowrat-Liebsteinsky. Portrait de J. Ender (Musée Historique de la Ville de Vienne)Mais après 1835 (avènement de Ferdinand I après la mort de François Ier), la direction des affaires, après l'empereur lui-même (ses déficiences mentales et physiques ne lui permettent d'ailleurs pas de s'occuper directement des affaires de l'État), est, suivant les dernières volontés de l'empereur défunt, mis dans les mains d'un conseil de régence, où, sous la présidence de principe de l'empereur, siègent l'archiduc Louis (l'oncle de l'empereur, qu'il représente), l'archiduc François-Joseph (le frère cadet de Ferdinand), le chancelier Metternich et le ministre d'État Kolowrat-Liebsteinsky. Metternich perd alors peu à peu son influence, face à ce dernier. Il ne peut se faire à l'idée d'un état conduit par un conseil des ministres, et se consacre uniquement, à partir de 1836, à la politique extérieure et son influence sur les affaires intérieures devient de moins en moins importante. De plus en plus, son opposant Kolowrat apparaît comme un libéral, tandis que Metternich revêt l'image de la réaction. Beaucoup continuent à envier sa position. Les aristocrates voient toujours en lui un étranger (certains font remarquer que ceux-ci eurent souvent la préférence : Gentz, Müller, Schlegel, Jarke). On voit en Kolowrat, d'un autre coté, l'homme capable d'octroyer, ou, au moins, de préparer, une constitution.

C'est l'époque du Vormärz ("avant-mars", période qui va de 1830 à 1848)

A mesure que le temps passe, le "système Metternich" est tenu responsable de tout ce qui déplait, et son auteur haï et attaqué, mais il y a de l'injustice dans tout ceci. Il écrira plus tard :

Pour moi, le mot liberté n'est pas un point de départ, mais un but vers lequel il faut tendre. La liberté ne peut s'appuyer que sur l'ordre. Sans ordre comme base les aspirations de liberté se transforment en tyrannie. De tout temps, et dans toutes les situations, je fus un homme d'ordre, mais mes efforts furent toujours pour une vraie, non une prétendue liberté.

Près de la Diète, à Vienne, le 13 mars 1848. J. Albrecht. Musée de la Ville de Vienne.Le 13 mars 1848, les journées de Vienne le surprennent complètement. Pourtant, lorsque tout avait commencé, on ne s'en était pris ni à lui, ni à la monarchie. Des réformes, voilà tout ce que demandait les "agitateurs" ! Le chancelier est resté intransigeant. Alors, la foule pressée sur la Ballhausplatz, bloque la Herrengasse. L'archiduc Albert, le commandant militaire de la Basse-Autriche, est insulté, reçoit des pierres. Ordre est donné de dégager la rue. Il y a des morts. On va bientôt se battre partout dans Vienne et dans les faubourgs. Les usines sont prises d'assaut, des bâtiments administratifs sont incendiés. Le pouvoir plie. Le pouvoir cède : l'archiduc Louis convoque Metternich à la Hofburg. Il y arrive à six heures et demi du matin. L'archiduc lui fait savoir que les "délégations" souhaitent qu'il s'en aille. L'empereur lui-même fait savoir : "Avertissez la population que je suis d'accord sur tous les points

Metternich se soumet : il donne sa démission à l'empereur. Dans sa lettre, il admet qu'une nouvelle ère a commencé et que l'Ancien Monde est incapable de s'opposer victorieusement à l'assaut des temps nouveaux.

Je me retire et m'incline devant une force supérieure à celle dont dispose le monarque lui-même.

"Une constitution a besoin de mouvement - 14 mars 1848 "  - La fuite de de Metternich. Caricature de Anton Zampis. (DR)Il doit fuir, en toute hâte, dans une calèche ordinaire, accompagné de sa femme et du baron Hügel. La cour a refusé d'assurer sa protection, de lui versé l'argent qu'on lui doit (c'est Rotschild qui lui avancera l'argent nécessaire, à 5% !) D'abord jusqu'au château de Feldsberg (propriété des Liechstenstein), en Moravie, où il arrive à cinq heures du matin. De là, on continue, par le train, vers Prague Quelques jours après, sous le nom de monsieur et madame Matteux (le nom de Metternich est tout autant hait en Allemagne qu'en Autriche !) par la Bohême, la Saxe, le Hanovre et la Hollande, ils se rendent en Angleterre, où ils arrivent le 20 avril, puis, l'année suivante, en Belgique.

Metternich reviendra en Autriche en 1851, après trois ans d'exil, à la demande du nouvel empereur François-Joseph (à qui il avait, lorsqu'il était adolescent, enseigné l'art de gouverner les hommes et de conduire les affaires de l'État). Ce sera un voyage triomphal, partout il sera reçu avec les plus grands égards. La dernière partie se fait en bateau, sur le Danube. Le 24 mars, le prince et la princesse Metternich arrivent à Nussdorf. Les bords du Danube sont noirs de monde. Metternich retrouve bientôt sa demeure du Rennweg.

Metternich sur la fin de sa vie. Photo de 1855.Il va désormais se comporter comme un simple citoyen dans son palais de Vienne, vivant de ses souvenirs (il écrit ses Mémoires). On vient, de temps en temps, le voir (ce sera le cas du prince Louis, responsable en partie de sa démission en 1848), lui demander des conseils. François-Joseph lui fait l'honneur de le recevoir de temps en temps. Il avait épousé, en 1831, sa troisième femme, Mélanie de Zichy-Ferraris. Elle lui donnera trois enfants et l'accompagnera jusqu'à sa mort, le 3 mars 1854. C'est elle à qui il dicta une grande partie de ses Mémoires. Il lui survivra encore cinq années et s'éteindra, le 11 juin 1859, à l'âge de 86 ans. Pour son quatre-vingtième anniversaire, l'empereur François-Joseph lui même s'était déplacé.

Son corps repose à Plasy (République tchèque, à 25 km de Pilsen), dans l'église Saint Wenceslas.


Repères bibliographiques